Système de projection des professions au Canada (SPPC)

À propos des projections

Les projections actuelles du SPPC ont été complétées en 2019, bien avant l'épidémie de COVID-19 de 2020 qui a entraîné des perturbations exceptionnelles et soudaines de l'économie et du marché du travail, au Canada comme à l'étranger. Toutefois, les projections du SPPC se concentrent sur les tendances à long terme du marché du travail par profession, et non sur les développements à court terme. Pour l’instant, nous nous attendons à ce que ces tendances à long terme ne soient pas affectées de façon marquée par l'épidémie de COVID-19, les répercussions de celle-ci étant généralement présumées temporaires.

Emploi et Développement social Canada (EDSC) utilise les modèles du Système de projection des professions au Canada (SPPC) pour produire des projections sur les tendances futures des composantes majeures de l'offre de travail (sortants scolaires et nouveaux immigrants) et de la demande de travail (demande d'expansion et demande de remplacement) par profession sur un horizon de moyen terme au niveau national. En examinant les changements potentiels de l'offre et la demande de main-d'oeuvre, les projections permettent d'identifier les professions pour lesquelles un déséquilibre sur le marché du travail est possible.

Généralement, les projections indiquent une pénurie de main-d’oeuvre pour une profession si le nombre d'ouvertures d'emploi pour cette profession est significativement plus élevé que le nombre de nouveaux chercheurs d'emploi. Cependant, si cette profession était confrontée à des surplus de main-doeuvre au cours des dernières années, un nombre supérieur d’ouvertures d'emploi par rapport au nombre de chercheurs d’emploi sur la période de projection pourrait signifier un retour à l’équilibre du marché du travail pour cette profession à moyen terme.

À l’opposé, les projections indiquent un surplus de main-d’oeuvre pour une profession particulière si le nombre de chercheurs d'emploi pour cette profession est significativement plus élevé que le nombre d'ouvertures d'emploi. Cependant, si cette profession était confrontée à des pénuries de main-d'oeuvre au cours des dernières années, un nombre supérieur de chercheurs d’emploi par rapport au nombre d'ouverture d’emplois sur la période de projection pourrait signifier un retour à l’équilibre du marché du travail pour cette profession au cours des années suivantes.

Tel que mentionné précédemment, l’objectif du SPPC est de déterminer les tendances sur un horizon de 10 ans, et non de prédire les changements annuels. Ainsi, les tendances générales des variables d’intérêt sont prédites seulement pour les changements entre la dernière année historique disponible (2018) au moment de la projection (2019) et la dernière année de la période de projection (2028). Cependant, ce site fournit l'ensemble des données pour chacune des années de projection puisque la plupart des utilisateurs travaillent avec des séries annuelles.

En plus d'assister les analystes du marché du travail et les décideurs, les projections peuvent être utilisées à des fins d'information sur le marché du travail (IMT) pour mieux orienter les Canadiens et les immigrants potentiels dans leurs décisions en matière d'éducation et dan leurs choix de carrière.

Comme tous modèles de prévision ou de projection, le SPPC fait appel à un certain nombre d'hypothèses qui influencent la demande et l'offre future de main-d'oeuvre par profession au Canada. Les hypothèses auxquelles le SPPC a recours portent principalement sur les conditions économiques, la taille et la distribution de la demande de main-d'oeuvre par profession et par industrie, ainsi que le nombre et la distribution des nouveaux entrants par profession sur le marché du travail. Les développements futurs de ces facteurs demeurent incertains.

Emploi et Développement social Canada ne garantit explicitement ou implicitement ni l'exactitude, ni la fiabilité des projections du SPPC.

Date de modification :