Système de projection des professions au Canada (SPPC)

Sommaire industriel

Services de transport par camion et transport terrestre de voyageurs

(SCIAN 4841-4842, 4851-4859)

Cette industrie comprend les établissements dont l’activité principale consiste à fournir des services de transport de marchandises par camion et diverses activités de transport en commun et de transport terrestre de voyageurs (comme les réseaux urbains de transport en commun, le transport interurbain et rural par autobus, les services de taxi et de limousine). Le transport par camion représente le plus important des deux segments, totalisant 71 % de la production et 61 % de l’emploi en 2018. En comparaison, le segment du transport en commun et du transport terrestre de voyageurs totalisait seulement 29 % de la production, mais 39 % de l’emploi, puisque ce segment est davantage intensif en main-d’œuvre. Dans l’ensemble, l’industrie comptait 516 100 travailleurs en 2018, principalement concentrés en Ontario (40 %), au Québec (24 %), en Alberta (14 %) et en Colombie-Britannique (11 %). La main-d’œuvre est en grande partie composée de travailleurs masculins (82 %) et caractérisée par une forte proportion de travailleurs indépendants, notamment dans transport par camion (32 %). Les professions clés (CNP à 4 chiffres) incluent :

  • Conducteurs/conductrices de camions de transport (7511)
  • Conducteurs/conductrices d’autobus et opérateurs/opératrices de métro et autres transport en commun (7512)
  • Chauffeurs/chauffeuses de taxi, chauffeurs/chauffeuses de limousine et chauffeurs/chauffeuses (7513)
  • Surveillants/surveillantes du transport routier et du transport en commun (7305)
  • Mécaniciens/mécaniciennes et réparateurs/réparatrices de véhicules automobiles, de camions et d’autobus (7321)
  • Manutentionnaires (7452)
  • Directeurs/directrices des transports (0731)
  • Répartiteurs/répartitrices (1525)
  • Manœuvres dans le transport ferroviaire et routier (7622)
  • Horairistes de trajets et d’équipages (1526)
  • Agents/agentes à la billetterie, représentants/représentantes du service en matière de fret et personnel assimilé dans le transport routier et maritime (6524)

L’industrie est étroitement liée à la performance de l’économie canadienne et du commerce international. Puisque le transport par camion représente l’activité principale, les plus grands utilisateurs sont les industries du commerce de gros et de détail et les industries productrices de biens (agriculture, ressources, fabrication et construction). Par ailleurs, le transport en commun et le transport terrestre de voyageurs sont fortement influencés par le degré d’urbanisation et la demande pour les transports publics dans les grandes villes canadiennes. Au cours de la dernière décennie, tous les paliers gouvernementaux ont investi massivement dans les systèmes de transport public à travers le pays, augmentant ainsi le nombre d’usagers et, par conséquent, la production et l’emploi dans l’industrie. Après avoir chuté lors de la récession de 2009, la production dans l’industrie s’est rapidement redressée en 2010 et a progressé de façon soutenue pendant la plupart des années qui ont suivi. La croissance du PIB réel s’est ainsi établie à 2,2 % par année en moyenne sur la période 2009-2018. Du côté de l’emploi, la croissance a largement suivi celle de la production, bien qu’à un rythme légèrement plus lent de 1,9 % par année. La création d’emplois a été particulièrement forte dans le segment du transport en commun et du transport terrestre de passagers, affichant une moyenne de 3,7 % par année. Toutefois, les pénuries de main-d’œuvre dans le transport routier longue distance ont été particulièrement sévères et sont venues freiner la croissance de l’emploi dans l’industrie. Entre 2015 et 2018, le nombre moyen de postes vacants pour les conducteurs de camions est passé de 48 000 à 81 000. L’industrie du transport par camion a donc enregistré le plus haut taux de postes vacants de l’ensemble des industries canadiennes en 2018, soit 6,6 % en moyenne. C’est plus du double du taux moyen de 3,2 % observé à l’échelle nationale. Bien que la profession de chauffeur de camion soit relativement bien rémunérée compte tenu des compétences requises, certaines des exigences sont particulièrement élevées. Parmi celles-ci, mentionnons l’obtention de licences et de certificats spécifiques, des journées de travail de 12 heures consécutives, et la nécessité de s’absenter de son domicile pendant de longues périodes. Le coût élevé des primes d’assurance pour les conducteurs âgés de moins de 25 ans, qui ont peu d’expérience de conduite, représente un défi supplémentaire pour le recrutement des camionneurs.

Au cours de la période de projection, l’industrie devrait enregistrer une croissance légèrement plus faible de sa production par rapport à la période 2009-2018. En effet, le ralentissement anticipé dans la croissance des dépenses de consommation et des activités de construction au Canada viendra restreindre la croissance dans les industries du commerce de détail et de gros, limitant la demande pour le transport de marchandises, lequel est étroitement lié au fret intérieur. Ce facteur devrait être partiellement contrebalancé par une accélération de la croissance des exportations, alimentée par la vigueur de l’économie américaine et la valeur relativement faible du dollar canadien. Le segment du transport en commun et du transport terrestre de passagers devrait également bénéficier d’investissements supplémentaires dans les infrastructures et les réseaux de transport public, en partie soutenus par le programme d’infrastructure du gouvernement fédéral. Le déplacement graduel de la population canadienne vers les centres urbains viendra augmenter les besoins pour de nouveaux systèmes de transport public afin de diminuer la congestion routière et réduire les émissions de carbone. Ces besoins pourront être en partie satisfaits par de nouveaux projets de transport ferroviaire urbain à Edmonton, Toronto et Ottawa.

On projette que le PIB réel de l’industrie progressera à un taux moyen de 1,8 % par année sur l’horizon 2019-2028, comparativement à 0,8 % pour l’emploi. On anticipe que la création d’emplois sera freinée par la pénurie de conducteurs de camions et par des technologies qui viendront augmenter la productivité. Bien qu’on utilise déjà des véhicules sans conducteur dans des milieux contrôlés comme les ports, les mines et même les sables bitumineux de l’Alberta, il est peu probable que des camions de marchandises sans conducteur circulent sur les routes au cours des prochaines années. Il est toutefois possible que des camions et des voitures sans conducteur circulent sur nos routes sur un horizon plus éloigné. D’ici là, on anticipe une pénurie considérable de conducteurs de camion, surtout ceux affectés à de longs trajets puisqu’ils sont particulièrement difficiles à recruter en raison de conditions de travail exigeantes et de critères spécifiques en matière de permis. Les pénuries de main-d’œuvre devraient être amplifiées par la forte proportion de conducteurs de camions en âge de prendre leur retraite. D’autre part, on s’attend à ce que les services de transport non traditionnels comme Uber et Lyft continuent de perturber les services de taxi traditionnels, réduisant les prix pour les consommateurs et la demande pour les chauffeurs de taxi.

Croissance du PIB réel et de l’emploi dans les services de transport par camion et transport terrestre de voyageurs

Ce graphique montre la croissance annuelle du PIB réel et de l’emploi au cours des périodes 2009 à 2018 et 2019 à 2028 dans les services de transport par camion et transport terrestre de voyageurs. Les données sont présentées dans le tableau à la suite de ce graphique

Sources : Statistique Canada (données historiques) et EDSC, projections industrielles 2019 du SPPC.

Version texte de la figure Croissance du PIB réel et de l’emploi dans les services de transport par camion et transport terrestre de voyageurs (moyenne annuelle, %)
  PIB réel Emploi
2009-2018 2,2 1,9
2019-2028 1,8 0,8

Sources : Statistique Canada (données historiques) et EDSC, projections industrielles 2019 du SPPC.


Date de modification :