Système de projection des professions au Canada (SPPC)

Sommaire industriel

Services postaux, messageries et entreposage

(SCIAN 4911, 4921-4922, 4931)

Cette industrie comprend les établissements dont l’activité principale consiste à fournir des services postaux, des services de messagerie et de livraison, et à exploiter des installations d’entreposage de marchandises diverses, des installations frigorifiques et d’autres types d’installations d’entreposage. En 2018, la production et l’emploi étaient répartis de façon relativement équilibrée entre les trois segments : services de messagerie et de livraison (34 % de la production et 35 % de l’emploi); services postaux (32 %, 33 %); et entreposage (34 %, 32 %). Dans l’ensemble, l’industrie comptait 210 200 travailleurs, principalement concentrés en Ontario (50 %), au Québec (16 %), en Colombie-Britannique (13 %) et en Alberta (11 %). La main-d’œuvre est en grande partie composée de travailleurs masculins (68 %) et les professions clés (CNP à 4 chiffres) incluent :

  • Facteurs/factrices (1512)
  • Chauffeurs-livreurs/chauffeuses-livreuses – service de livraison et de messagerie (7514)
  • Manutentionnaires (7452)
  • Commis au courrier et aux services postaux et personnel assimilé (1511)
  • Expéditeurs/expéditrices et réceptionnaires (1521)
  • Messagers/messagères et distributeurs/distributrices porte-à-porte (1513)
  • Superviseurs/superviseuses de services postaux et de messageries (1214)
  • Superviseurs/superviseuses du personnel de coordination de la chaîne d’approvisionnement, du suivi et des horaires (1215)
  • Directeurs/directrices des services postaux et de messageries (0132)

L’industrie a enregistré une baisse de sa production pendant la majeure partie de la dernière décennie, principalement en raison de l’utilisation grandissante des courriels, de la facturation électronique, de la publicité en ligne et des services de dépôt direct par les ménages, les entreprises et les gouvernements, ce qui a délogé une grande partie du marché traditionnel de la poste. Par conséquent, la production dans les services postaux, de messagerie et de livraison a sévèrement chuté de 2009 à 2015, alors qu’elle est demeurée essentiellement inchangée dans les services d’entreposage. Après s’être stabilisée en 2016, la production dans l’industrie a fortement rebondi en 2017-2018, stimulée par une forte hausse dans les services d’entreposage et un léger redressement dans les services postaux, de messagerie et de livraison. Cette situation s’explique par une demande accrue pour les services d’entreposage et de livraison de colis suite à l’adoption grandissante du commerce électronique par les ménages et les entreprises. Postes Canada, la plus importante entreprise au sein de l’industrie, a réagi à cette tendance en se concentrant davantage sur la livraison de colis (plutôt que sur la distribution de courrier), alors que de grandes firmes comme Amazon ont ouvert leurs propres entrepôts et centres de traitement des commandes à travers le pays. Toutefois, les récentes hausses de la production n’ont pas été suffisantes pour renverser les fortes baisses enregistrées entre 2009 et 2015, ce qui s’est traduit par un recul marginal du PIB réel de 0,1 % par année sur l’ensemble de la période 2009-2018. Après avoir enregistré des fluctuations importantes de 2009 à 2016, le nombre de travailleurs dans l’industrie a bondi de 15 % en 2017-2018, stimulé par le redressement de la production, ce qui s’est traduit par une hausse de l’emploi de 0,7 % par année en moyenne au cours de la dernière décennie. Malgré les tentatives de réduire les coûts d’opération et d’optimiser les itinéraires de livraison, la productivité dans l’industrie a diminué, ce qui s’explique principalement par le fait que la livraison de colis est une activité plus intensive en main-d’œuvre que la distribution de courrier.

Le regain de croissance de la production observé dans l’industrie ces récentes années devrait se poursuivre sur la période de projection, principalement alimenté par l’adoption grandissante du commerce électronique et la hausse de la demande pour la livraison de colis et les services d’entreposage. Le taux de croissance du PIB réel devrait toutefois être relativement modeste et inférieur à celui projeté pour l’ensemble de l’économie. Puisque le commerce électronique dépend en grande partie des dépenses de consommation, le ralentissement anticipé dans la croissance du revenu disponible au Canada (attribuable au ralentissement de la croissance de la population en âge de travailler et aux retraites massives des baby-boomers) devait venir restreindre les opportunités de croissance dans l’industrie, particulièrement à long terme. Cela dit, puisque le volume de courrier postal continue à diminuer, les entreprises de services postaux et de messagerie subiront davantage de pressions pour faire de la livraison de colis leur principal secteur d’activité. Cette tendance sera amplifiée par le fait que le marketing direct, comme les dépliants publicitaires et la distribution de catalogues, n’arrivera pas à concurrencer le marketing en ligne à long terme, puisque ce dernier est plus respectueux de l’environnement et permet aux entreprises de mieux cibler les consommateurs en développant un profil historique des achats et préférences de leur clientèle. Cela dit, l’industrie tirera profit du fait que les détaillants s’appuient de plus en plus sur les services d’entreposage, plutôt que sur l’espace en magasin, pour réduire leur délai d’exécution et livrer leurs produits le plus rapidement possible.

On projette que le PIB réel dans les services postaux, de livraison et d’entreposage progressera à un taux moyen de 1,1 % par année sur l’horizon 2019-2028. Malgré le rebond anticipé dans la production, la croissance de l’emploi devrait ralentir par rapport à la décennie précédente, se chiffrant à 0,4 % par année en moyenne, puisqu’on anticipe que le développement et l’adoption de technologies plus efficaces se traduiront par un redressement considérable de la productivité. La robotique de pointe, l’automatisation des chariots destinés au remplissage des rayons et des étagères et les systèmes de gestion alimentés par l’intelligence artificielle devraient venir accroître la productivité et restreindre la demande de main-d’œuvre dans les entrepôts. Les entreprises de livraison sont également menacées par les grandes sociétés de commerce électronique qui sont en train de développer leurs propres capacités de livraison de colis. Par exemple, Amazon expérimente présentement l’utilisation de drones pour livrer des colis à la porte des clients, et Postes Canada étudie également les avantages potentiels de cette technologie. Toutefois, si l’utilisation de drones devient une réalité, il est peu probable que cela se produise avant la fin de la période de projection en raison d’énormes défis en matière de logistique et de réglementation.

Croissance du PIB réel et de l’emploi dans les services postaux, messageries et entreposage

Ce graphique montre la croissance annuelle du PIB réel et de l’emploi au cours des périodes 2009 à 2018 et 2019 à 2028 dans les services postaux, messageries et entreposage. Les données sont présentées dans le tableau à la suite de ce graphique

Sources : Statistique Canada (données historiques) et EDSC, projections industrielles 2019 du SPPC.

Version texte de la figure Croissance du PIB réel et de l’emploi dans les services postaux, messageries et entreposage (moyenne annuelle, %)
  PIB réel Emploi
2009-2018 -0,2 0,7
2019-2028 1,1 0,4

Sources : Statistique Canada (données historiques) et EDSC, projections industrielles 2019 du SPPC.


Date de modification :