Système de projection des professions au Canada (SPPC)

Sommaire industriel

Gestion, administration et autres services de soutien

(SCIAN 5511; 5611-5619; 5621-5629)

Cette industrie comprend trois segments distincts : gestion de sociétés et d’entreprises (y compris les sociétés de portefeuille et les sièges sociaux); services administratifs et services de soutien (tels que tenue de livres, agences de placement, préparation de documents, centres d’appels, agences de recouvrement, réservation de voyages, de même que services de sécurité, de conciergerie et d’aménagement paysager); et services de gestion des déchets et d’assainissement (tels que la collecte, le traitement et l’élimination des déchets). Les services administratifs et les services de soutien représentent le segment le plus important et le plus intensif en main-d’œuvre, totalisant 73 % de la production et 93 % de l’emploi en 2018. En comparaison, la gestion de sociétés et d’entreprises totalisait 17 % de la production et seulement 1 % de l’emploi, versus 10 % et 6 % respectivement pour la gestion des déchets et les services d’assainissement. L’industrie comptait 777 100 travailleurs en 2018, principalement concentrés en Ontario (41 %), au Québec (25 %), en Colombie-Britannique (13 %) et en Alberta (11 %). La main-d’œuvre est composée d’une légère majorité de travailleurs masculins (55 %) et caractérisée par une forte proportion de travailleurs indépendants (26 %) et de travailleurs à temps partiel (23 %). L’industrie est également caractérisée par des salaires largement inférieurs à la moyenne de l’ensemble de l’économie. Étant donné la grande variété d’activités, les professions clés (CNP à 4 chiffres) incluent une combinaison de :

  • Préposés/préposées à l’entretien ménager et au nettoyage – travaux légers (6731)
  • Agents/agentes de sécurité et personnel assimilé des services de sécurité (6541)
  • Manœuvres en aménagement paysager et en entretien des terrains (8612)
  • Concierges et surintendants/surintendantes d’immeubles (6733)
  • Autres préposés/autres préposées aux services d’information et aux services à la clientèle (6552)
  • Entrepreneurs/entrepreneuses et superviseurs/superviseures des services de l’aménagement paysager, de l’entretien des terrains et de l’horticulture (8255)
  • Surveillants/surveillantes des services de nettoyage (6315)
  • Manutentionnaires (7452)
  • Conseillers/conseillères en voyages (6521)
  • Guides touristiques et guides itinérants/guides itinérantes (6531)
  • Fumigateurs/fumigatrices et préposés/préposées au contrôle de la vermine (7444)
  • Conducteurs/conductrices de machinerie d’entretien public et personnel assimilé (7522)
  • Nettoyeurs spécialisés/nettoyeuses spécialisées (6732)
  • Techniciens/techniciennes et spécialistes de l’aménagement paysager et de l’horticulture (2225)
  • Agents/agentes des ressources humaines et de recrutement (1223)
  • Conseillers/conseillères en emploi (4156)
  • Agents/agentes de soutien aux utilisateurs (2282)
  • Manœuvres à l’entretien des travaux publics (7621)
  • Sténographes judiciaires, transcripteurs médicaux/transcriptrices médicales et personnel assimilé (1251)
  • Agents/agentes de recouvrement (1435)
  • Planificateurs/planificatrices de congrès et d’événements (1226)

Dans l’ensemble, l’industrie repose fortement sur la performance de l’économie canadienne et est en grande partie stimulée par les activités des entreprises et les profits corporatifs, puisque l’activité principale consiste à soutenir les opérations quotidiennes d’autres organisations. À l’exception des services de gestion des déchets qui sont moins sensibles aux fluctuations cycliques de l’économie, les deux autres segments de l’industrie ont été sévèrement touchés par la récession de 2008-2009, puisque les profits des entreprises ont chuté de 47 % en 2009 seulement. Cette année-là, la production a connu un repli important et l’industrie a supprimé 20 000 emplois. Il a fallu trois années pour que la production et l’emploi retournent aux niveaux enregistrés avant la récession, en raison du haut degré d’incertitude concernant les perspectives économiques. La croissance de la production a fortement accéléré de 2012 à 2015, largement stimulée par la hausse de la demande pour les services d’agences de placement, de gestion d’immeubles et de sécurité. Toutefois, la production a stagné de 2016 à 2018, reflétant un recul de l’activité dans la gestion de sociétés et une baisse de la demande pour les services de soutien administratif et de réservation de voyages, possiblement en raison de l’utilisation croissante de logiciels administratifs automatisés et de plateformes en ligne pour les réservations de voyages. En moyenne, le PIB réel de l’industrie a progressé à un rythme plutôt modeste de 0,7 % par année au cours de la période 2009-2018. Du côté de l’emploi, la croissance a largement suivi celle de la production, bien qu’à un rythme plus rapide de 1,0 % annuellement, ce qui s’est traduit par une croissance négative de la productivité. Le recul de la productivité s’explique par la faiblesse des investissements dans de nouveaux équipements visant à améliorer l’efficacité des travailleurs et par le fait qu’un grand nombre de tâches sont fortement intensives en main-d’œuvre. Les dépenses en capital dans l’industrie ont chuté durant deux années consécutives lors de la récession et durant deux années supplémentaires suite au ralentissement économique causé par l’effondrement des prix du pétrole en 2014-2015.

Au cours de la période 2019-2028, l’industrie devrait enregistrer une accélération considérable de la croissance de sa production par rapport à la décennie précédente, alimentée par une plus forte activité commerciale et par un redressement des profits corporatifs. L’industrie continuera à bénéficier du nombre croissant d’entreprises dans différents secteurs de l’économie qui choisissent de sous-traiter leurs fonctions de gestion, d’administration et autre soutien pour se concentrer sur leurs activités principales en vue d’accroître leur efficacité opérationnelle, notamment les entreprises manufacturières qui sont davantage exposées à la concurrence des pays à faibles coûts de production. Dans un tel contexte, l’accélération anticipée dans l’activité manufacturière au Canada et une croissance soutenue dans les autres secteurs de l’économie offrent davantage d’opportunités pour l’industrie. L’accélération projetée dans la construction de bâtiments commerciaux, industriels et institutionnels devraient venir stimuler la demande pour les services de soutien aux installations comme les services de conciergerie et d’aménagement paysager, d’entretien et de réparation, de surveillance et de sécurité, de distribution du courrier et de soutien logistique. Les nombreux départs à la retraite des baby-boomers et le non appariement des compétences découlant du changement technologique viendront également augmenter la demande pour les services de placement, de recrutement et de formation, alors que le nombre grandissant de fusions et d’acquisitions découlant de la mondialisation viendra alimenter la demande pour les services de gestion de sociétés et d’entreprises, y compris les sociétés de portefeuille et les sièges sociaux. La demande pour les services de gestion des déchets et d’assainissement devrait également augmenter, car les préoccupations environnementales ont mené à la création et à la mise en œuvre de nouvelles réglementations visant à améliorer la gestion des déchets, notamment en matière de recyclage et de compostage.

On projette que le PIB réel de l’industrie augmentera à un taux moyen de 1,9 % par année sur l’horizon 2019-2028, soit une accélération notable par rapport aux dix années précédentes. Toutefois, la croissance de l’emploi devrait demeurer essentiellement inchangée et se situer à 1,1 % par année, en raison d’un redressement considérable de la productivité. Bien que l’industrie soit très intensive en main-d’œuvre, un nombre croissant de professions et de tâches peuvent être automatisées et exécutées par la technologie, notamment celles impliquant un travail routinier ou peu spécialisé. Parallèlement, un nombre croissant de tâches non routinières et cognitives sont appuyées et complémentées par la technologie. Par exemple, les tâches liées au soutien administratif, aux réservations de voyage et au recrutement de personnel peuvent désormais être exécutées par des logiciels et des applications en ligne, alors que la rapidité des progrès dans la robotique et les systèmes de sécurité pourrait entraîner une plus grande automatisation des tâches liées aux services de conciergerie, de nettoyage et de sécurité. L’intelligence artificielle et l’apprentissage machine peuvent également appuyer et complémenter des tâches plus complexes dans le domaine de l’administration et de la gestion.

Croissance du PIB réel et de l’emploi dans la gestion, l’administration et autres services de soutien

Ce graphique montre la croissance annuelle du PIB réel et de l’emploi au cours des périodes 2009 à 2018 et 2019 à 2028 dans la gestion, l’administration et autres services de soutien. Les données sont présentées dans le tableau à la suite de ce graphique

Sources : Statistique Canada (données historiques) et EDSC, projections industrielles 2019 du SPPC.

Version texte de la figure Croissance du PIB réel et de l’emploi dans la gestion, l’administration et autres services de soutien (moyenne annuelle, %)
  PIB réel Emploi
2009-2018 0,7 1,0
2019-2028 1,9 1,1

Sources : Statistique Canada (données historiques) et EDSC, projections industrielles 2019 du SPPC.


Date de modification :