Système de projection des professions au Canada (SPPC)

Sommaire industriel

Conception de systèmes informatiques et services connexes

(SCIAN 5415)

Cette industrie comprend les établissements dont l’activité principale consiste à fournir une expertise dans le domaine des technologies de l’information (tels que concevoir, modifier, tester et prendre en charge des logiciels, incluant la création de pages Web); à planifier et concevoir des systèmes informatiques intégrant les technologies du matériel informatique, des logiciels et des appareils de communication; ainsi qu’à gérer et exploiter sur place les installations informatiques et de traitement des données de clients. Ces activités excluent la mise au point et la vente au détail de matériel informatique et de logiciels de série. L’industrie comptait 409 100 travailleurs en 2018, principalement concentrés en Ontario (48 %), au Québec (25 %), en Colombie-Britannique (13 %) et en Alberta (8 %). La main-d’œuvre est en grande partie composée de travailleurs masculins (76 %) et caractérisée par un haut niveau de scolarité et une forte proportion de travailleurs indépendants (25 %). Les professions clés (CNP à 4 chiffres) incluent:

  • Analystes et consultants/consultantes en informatique (2171)
  • Programmeurs/programmeuses et développeurs/développeuses en médias interactifs (2174)
  • Gestionnaires des systèmes informatiques (0213)
  • Ingénieurs/ingénieuses et concepteurs/conceptrices en logiciel (2173)
  • Agents/agentes de soutien aux utilisateurs (2282)
  • Concepteurs/conceptrices et développeurs/développeuses Web (2175)
  • Techniciens/techniciennes de réseau informatique (2281)
  • Ingénieurs informatiques/ingénieures informaticiennes (2147)
  • Analystes de bases de données et administrateurs/administratrices de données (2172)
  • Évaluateurs/évaluatrices de systèmes informatiques (2283)

L’industrie repose fortement sur les investissements des entreprises et les dépenses gouvernementales associés aux logiciels et aux technologies de l’information et des communications (TIC) au Canada. Elle est aussi caractérisée par un degré d’exposition au commerce plutôt élevée pour une industrie de services, puisqu’environ 25 % de ses revenus proviennent des exportations, principalement vers les États-Unis, la rendant également tributaire du climat d’investissement au sud de la frontière. Stimulée par l’adoption croissante des technologies informatiques au sein des entreprises et des gouvernements et par la nécessité d’adapter leurs opérations en fonction des nouveaux développements sur le plan des TIC, la production dans cette industrie a augmenté continuellement depuis le début des années 1990, même pendant la récession mondiale de 2008-2009, quoiqu’à un rythme plus lent. La complexité accrue des systèmes d’information et de communication et l’utilisation croissante des appareils mobiles ont alimenté la demande pour les services informatiques. Les plateformes infonuagiques, l’Internet des objets (IdO), les mégadonnées et l’analyse prédictive font désormais partie des opérations quotidiennes de nombreuses entreprises canadiennes. La croissance de la production et de l’emploi a été particulièrement forte au cours des dernières années, car la transformation technologique des services financiers et des services d’assurance a ouvert la porte à de nouvelles opportunités commerciales, faisant des institutions financières les plus grands utilisateurs de services informatiques. En moyenne, le PIB réel et l’emploi ont augmenté à des taux respectifs de 4,1 % et 4,0 % par année sur la période 2009-2018, se positionnant au premier rang parmi les 42 industries couvertes par le SPPC sur le plan de la croissance de la production et de l’emploi. Toutefois, la croissance de la productivité fut relativement modeste, puisque cette industrie est fortement intensive en main-d’œuvre et principalement composée de petites entreprises qui ne bénéficient pas des mêmes économies d’échelle que les entreprises de plus grande taille. Les services informatiques emploient 30 % plus de travailleurs par dollar de production que la moyenne du secteur des services et 90 % des entreprises ont moins de 10 employés. Les petites firmes sont nombreuses dans l’industrie en raison du nombre croissant d’entreprises qui développent des applications logicielles hautement spécialisées, spécifiques à différents créneaux.

Au cours de la période de projection, les services de conception de systèmes informatiques devraient continuer à surpasser l’ensemble des autres industries au chapitre de la croissance de la production et de l’emploi. On anticipe que la demande sera alimentée par des investissements importants dans les logiciels et les technologies de l’information et des communications (TIC), reflétant le besoin pour les entreprises et les gouvernements de moderniser constamment leurs systèmes des TIC afin de se maintenir à la fine pointe de la technologie et demeurer compétitifs. En effet, les services informatiques bénéficient du développement perpétuel de nouveaux produits informatiques et appareils de communication conçus et entretenus par l’industrie. Les plateformes infonuagiques, l’Internet des objets (IdO), les mégadonnées et les logiciels ouverts sont de plus en plus populaires, alors que la mise en œuvre du réseau 5G et les nouveaux développements dans la fabrication de pointe, le transport autonome, la réalité virtuelle et augmentée, l’intelligence artificielle, l’apprentissage machine, le traitement du langage et la sécurité biométrique représentent de multiples opportunités de croissance. Les consommateurs et entreprises possèdent de plus en plus d’appareils électroniques et s’attendent à une plus grande compatibilité, transférabilité et accessibilité du contenu entre ces appareils.

L’industrie continuera également à bénéficier du nombre croissant d’entreprises qui font appel à la sous-traitance pour la gestion des technologies de l’information afin de se concentrer sur leurs activités principales. Dans de nombreuses sphères d’activité, l’investissement dans les technologies de l’information ne peut être reporté à plus tard, en particulier dans le domaine de la cybersécurité en raison de menaces constantes dans les domaines publiques et privés, obligeant toute organisation ayant des renseignements à protéger à investir de façon continue dans les TIC. Les nouvelles technologies appliquées aux finances et assurances (fintech/insurtech) continueront de stimuler la création de nouvelles firmes (start-ups) qui viendront concurrencer directement les entreprises traditionnelles du secteur financier, bancaire et de l’assurance. Cette intensification de la concurrence incitera les sociétés financières et les compagnies d’assurance déjà en place à transformer leurs modèles d’affaires et à améliorer leur infrastructure technologique, ce qui entraînera une demande additionnelle pour les services informatiques. De plus, la quantité croissante de données rendues publiques par tous les paliers de gouvernement dans le cadre d’initiatives de données ouvertes devrait encourager le secteur privé à innover et à développer diverses applications afin de tirer parti de ce vaste bassin d’information, entraînant la création de nouveaux produits et modèles d’affaires au sein de l’industrie. Enfin, des perspectives positives sur le plan des exportations, soutenues par la robustesse de l’économie américaine et par des prix plus compétitifs en raison d’un dollar canadien relativement faible, apporteront davantage d’opportunités d’affaires aux entreprises canadiennes de services informatiques. Cela dit, l’industrie devra faire face à une intensification de la concurrence sur les marchés mondiaux, particulièrement en provenance des économies émergentes (les importations canadiennes de services informatiques en provenance des États-Unis et de l’Europe ont augmenté de 40% au cours de la dernière décennie, comparativement à 340% pour les importations en provenance du reste du monde).

On projette que le PIB réel et l’emploi dans l’industrie progresseront à des taux respectifs de 3,7 % et 2,3 % par année en moyenne sur l’horizon 2019-2028. Bien que cela représente un ralentissement par rapport à la décennie précédente, particulièrement en matière de création d’emplois, les services informatiques continueront d’enregistrer les plus forts taux de croissance de la production et de l’emploi parmi les 42 industries couvertes par le SPPC. Le ralentissement anticipé dans la création d’emplois reflète les difficultés à recruter des travailleurs hautement qualifiés dans l’industrie. Selon une enquête menée par le Conference Board of Canada[7], un tiers des entreprises ont déclaré avoir des difficultés à recruter et/ou à retenir des informaticiens. Les professionnels en informatique (CNP 217) affichaient un ratio de 0,8 chômeur pour chaque poste vacant en 2018, comparativement à une moyenne de 2,2 pour l’ensemble des professions. Dans un contexte où il sera de plus en plus difficile d’embaucher des travailleurs supplémentaires, l’industrie devra utiliser ses ressources de manière plus efficace et adopter les technologies de pointe les plus performantes afin d’augmenter sa productivité.

Croissance du PIB réel et de l’emploi dans la conception de systèmes informatiques et services connexes

Ce graphique montre la croissance annuelle du PIB réel et de l’emploi au cours des périodes 2009 à 2018 et 2019 à 2028 dans la conception de systèmes informatiques et services connexes. Les données sont présentées dans le tableau à la suite de ce graphique

Sources : Statistique Canada (données historiques) et EDSC, projections industrielles 2019 du SPPC.

Version texte de la figure Croissance du PIB réel et de l’emploi dans la conception de systèmes informatiques et services connexes (moyenne annuelle, %)
  PIB réel Emploi
2009-2018 4,1 4,0
2019-2028 3,7 2,3

Sources : Statistique Canada (données historiques) et EDSC, projections industrielles 2019 du SPPC.

[7]Conference Board of Canada, Filling the Gaps: Recruitment and Retention of Top Talent in Canada, Août 2015; Canadian Industrial Outlook, Computer Services, Décembre 2018. Retourner au texte.


Date de modification :