Système de projection des professions au Canada (SPPC)

Sommaire industriel

Arts, spectacles et losisrs

(SCIAN 7111-7115; 7121; 7131-7139)

Cette industrie comprend les établissements dont l’activité principale consiste à exploiter des installations ou à fournir des services visant à répondre aux intérêts de leurs clients en matière de culture, de divertissement et de loisirs, y compris des spectacles, des activités et des expositions destinées au public. Elle est composée de trois segments distincts : arts d’interprétation, sports-spectacles et activités connexes (spectacles mettant en scène des acteurs, chanteurs, danseurs, musiciens, auteurs, athlètes et leurs agents, gérants et techniciens respectifs); établissements du patrimoine (musées, sites historiques, zoos, jardins botaniques, parcs naturels); et divertissement, loisirs, jeux de hasard et loteries (comme les terrains de golf, centres de ski, marinas, centres de loisirs, de sport et de conditionnement physique, salles de quilles, parcs d’attractions, arcades, casinos, etc.). Les activités reliées au divertissement, loisirs, jeux de hasard et loteries représentent le plus important segment, totalisant 48 % de la production et 61 % de l’emploi en 2018. Les deux autres segments se partageaient la part restante de la production (c.-à-d. 52 %; ventilation non disponible pour le PIB). Les arts d’interprétation, sports-spectacles et activités connexes totalisaient 30 % de l’emploi, comparativement à 8 % pour les établissements du patrimoine. Dans l’ensemble, l’industrie comptait 444 500 travailleurs en 2018, principalement concentrés en Ontario (39 %), au Québec (23 %), en Colombie-Britannique (16 %) et en Alberta (12 %). La main-d’œuvre est répartie en part égales entre les hommes et les femmes et est caractérisée par une forte proportion de travailleurs à temps partiel (39 %). Le segment des arts d’interprétation, sports-spectacles et activités connexes est aussi caractérisé par une forte proportion de travailleurs indépendants (65 %). Étant donné la grande variété d’activités, les professions clés (CNP à 4 chiffres) incluent une combinaison de :

  • Animateurs/animatrices et responsables de programmes de sports, de loisirs et de conditionnement physique (5254)
  • Opérateurs/opératrices et préposés/préposées aux sports, aux loisirs et dans les parcs d’attractions (6722)
  • Auteurs/auteurs, rédacteurs/rédactrices et écrivains/écrivaines (5121)
  • Acteurs/actrices et comédiens/comédiennes (5135)
  • Musiciens/musiciennes et chanteurs/chanteuses (5133)
  • Peintres, sculpteurs/sculpteures et autres artistes des arts visuels (5136)
  • Manœuvres en aménagement paysager et en entretien des terrains (8612)
  • Entraîneurs/entraîneuses (5252)
  • Directeurs/directrices de l’exploitation et de l’entretien d’immeubles (0714)
  • Personnel technique des musées et des galeries d’art (5212)
  • Personnel préposé au jeu dans les casinos (6533)
  • Arbitres et officiels/officielles de sports (5253)
  • Autres artistes de spectacle, n.c.a. (5232)
  • Artisans/artisanes (5244)
  • Superviseurs/superviseures des services d’hébergement, de voyage, de tourisme et des services connexes (6313)
  • Restaurateurs/restauratrices et conservateurs/conservatrices (5112)
  • Producteurs/productrices, réalisateurs/réalisatrices, chorégraphes et personnel assimilé (5131)
  • Recherchistes, experts-conseils/experts-conseils et agents/agentes de programme en sports, en loisirs et en conditionnement physique (4167)
  • Autre personnel technique et personnel de coordination du cinéma, de la radiotélédiffusion et des arts de la scène (5226)
  • Planificateurs/planificatrices de congrès et d’événements (1226)
  • Directeurs/directrices de programmes et de services de sports, de loisirs et de conditionnement physique (0513)
  • Techniciens/techniciennes en enregistrement audio et vidéo (5225)
  • Guides d’activités récréatives et sportives de plein air (6532)
  • Personnel de soutien du cinéma, de la radiotélédiffusion, de la photographie et des arts de la scène (5227)
  • Chefs d’orchestre, compositeurs/compositrices et arrangeurs/arrangeuses (5132)
  • Directeurs/directrices de bibliothèques, des archives, de musées et de galerie d’art (0511)
  • Directeurs/directrices – édition, cinéma, radiotélédiffusion et arts de la scène (0512)
  • Athlètes (5251)
  • Guides touristiques et guides itinérants/guides itinérantes (6531)

L’industrie repose en grande partie sur les dépenses de consommation et les activités touristiques, ce qui la rend particulièrement sensible aux fluctuations économiques sur la scène nationale et internationale, de même qu’aux changements dans les dépenses discrétionnaires. L’industrie repose aussi en grande partie sur le financement public, particulièrement sur les subventions dédiées aux organisations artistiques. La production dans l’industrie a commencé à fléchir durant la récession de 2008-2009, suite à une croissance anémique des dépenses de consommation. Après avoir atteint un creux en 2010, la production est demeurée relativement stable au cours des quatre années suivantes, car les consommateurs sont demeurés prudents face à la conjoncture économique, limitant leurs dépenses discrétionnaires. Toutefois, la production a augmenté fortement de 2015 à 2018, stimulée par le dégel de la demande refoulée et par des événements sportifs et historiques de grande envergure tenus au Canada en 2015 et 2017, plus précisément les Jeux panaméricains, la Coupe du monde féminine de soccer de la FIFA, le 150e anniversaire de la Confédération canadienne et le 375e anniversaire de la ville de Montréal. La dépréciation du dollar canadien en 2014-2015 et le fait que le Canada a été reconnu comme la meilleure destination touristique par Lonely Planet et le New York Times en 2017 ont aussi attiré un grand nombre de touristes étrangers au Canada, surtout des Américains, et incité davantage de Canadiens à demeurer au pays pour leurs vacances, augmentant la demande pour des activités artistiques et récréatives au cours des cinq dernières années. Les coûts de transport moins élevés découlant de la baisse des prix du carburant représentent un autre facteur ayant contribué à augmenter l’activité touristique. En moyenne, le PIB réel de l’industrie a progressé de 1,3 % par année sur la période 2009-2018, enregistrant la plupart des gains dans la deuxième moitié de cette période. En comparaison, l’emploi a augmenté presque continuellement au cours des dix dernières années, progressant à un taux moyen de 2,1 % par année. La plupart des gains d’emploi se sont produits dans le segment des loisirs qui est fortement intensif en main-d’œuvre, plus particulièrement dans les établissements liés aux activités sportives (comme les terrains de golf, les stations de ski, les marinas et les centres de conditionnement physique). Le financement gouvernemental joue également un rôle important en matière d’emploi, puisque l’industrie est très sensible aux changements dans les conditions macroéconomiques et repose en grande partie sur des événements d’envergure mais irréguliers. Certaines des activités offertes par l’industrie ne pourraient avoir lieu sans les subventions gouvernementales, particulièrement dans le domaine des arts. Selon le Conseil des arts du Canada[8], au cours de l’exercice financier 2018-2019, plus de 2 800 artistes et environ 2 000 organismes artistiques canadiens ont reçu des subventions du Conseil pour la création, la production et la présentation de leurs œuvres.

L’industrie devrait enregistrer une légère accélération de la croissance de sa production sur la période 2019-2028, alimentée principalement par des perspectives favorables sur le plan de l’activité touristique et par la hausse anticipée dans la quantité de temps consacré aux loisirs. L’activité touristique continuera à bénéficier de la faiblesse de la devise, des bas coûts de transport, et de la robustesse du marché du travail aux États-Unis et au Canada, augmentant la demande pour les activités artistiques et récréatives au pays, particulièrement à court et moyen terme. À plus long terme, le Canada sera parmi les trois pays qui accueillera la Coupe du monde de la FIFA 2026 (avec les États-Unis et le Mexique), ce qui devrait également venir augmenter le nombre de visiteurs internationaux. Dans l’intervalle, l’industrie devrait bénéficier du retrait massif des baby-boomers du marché du travail, puisque ce groupe démographique imposant et relativement aisé aura plus de temps à consacrer aux activités de loisirs. On prévoit que les baby-boomers hériteront de 750 milliards de dollars en richesse et en actifs au cours des dix prochaines années, ce qui représente une source additionnelle de revenus à consacrer aux activités artistiques et récréatives. Cette situation aidera à contrebalancer le ralentissement anticipé dans la croissance du revenu disponible et des dépenses de consommation suite au ralentissement graduel de la population en âge de travailler. Le niveau élevé d’endettement des consommateurs (et toute hausse éventuelle des taux d’intérêt à plus long terme en réponse aux pressions inflationnistes découlant du resserrement du marché du travail) viendra aussi exercer des pressions sur les budgets des ménages, limitant les dépenses discrétionnaires pour les activités artistiques et récréatives.

On projette que le PIB réel de l’industrie augmentera à un taux moyen de 1,7 % par année sur l’horizon 2019-2028, soit une légère accélération par rapport aux dix années précédentes. À l’inverse, la croissance de l’emploi devrait ralentir considérablement pour se situer à 1,1 % par année, en raison d’un revirement majeur dans la productivité. Puisqu’un nombre important d’organismes artistiques et culturels sont à but non lucratif, l’industrie dépend de bénévoles pour appuyer le personnel rémunéré, un facteur important à considérer pour l’évolution future de l’emploi et de la productivité. Par exemple, selon Statistique Canada[9], les Canadiens ont offert l’équivalent d’environ 56 000 emplois dans des organismes artistiques et culturels en 2013, et les personnes âgées de 55 ans et plus sont celles qui ont consacré le plus grand nombre d’heures de bénévolat. Au moment où la génération des baby-boomers arrive à l’âge de la retraite, ce groupe démographique aura davantage de temps libre, non seulement pour consommer la production de l’industrie, mais aussi pour y contribuer en tant que bénévoles, ce qui permettra à l’industrie d’augmenter sa production sans nécessairement embaucher de nouveaux travailleurs rémunérés. Un autre facteur qui devrait contribuer à augmenter la productivité est l’investissement en capital. De nombreuses installations culturelles et récréatives datant des années 1960 et 1970 pourront être rénovées et modernisées grâce au programme d’infrastructure mis en place par le gouvernement fédéral. Le renouvellement de ces installations devrait permettre d’améliorer la qualité des services, d’accroître la participation et, ultimement, d’augmenter la production dans l’industrie.

Croissance du PIB réel et de l’emploi dans les arts, spectacles et loisirs

Ce graphique montre la croissance annuelle du PIB réel et de l’emploi au cours des périodes 2009 à 2018 et 2019 à 2028 dans les arts, spectacles et loisirs. Les données sont présentées dans le tableau à la suite de ce graphique

Sources : Statistique Canada (données historiques) et EDSC, projections industrielles 2019 du SPPC.

Version texte de la figure Croissance du PIB réel et de l’emploi dans les arts, spectacles et loisirs (moyenne annuelle, %)
  PIB réel Emploi
2009-2018 1,3 2,1
2019-2028 1,7 1,1

Sources : Statistique Canada (données historiques) et EDSC, projections industrielles 2019 du SPPC.

[8]Conseil des arts du Canada, https://conseildesarts.ca/financement/subventions. Retourner au texte.

[9]Statistique Canada, Mettre l’accent sur les Canadiens: résultats de l’Enquête sociale générale; Le bénévolat et les dons de bienfaisance au Canada, Catalogue no. 89-652-X2015001, Janvier 2015. Retourner au texte.


Date de modification :